Quand on a fait sauter les barreaux ( ou le passage au lit de grand )

Publié le par Mayan

Il y a un an on a fait sauté les barreaux. Mais pas n'importe lesquels. Ceux du petit lit de notre grand bébé. Ces petites barres de sécurité qui servaient à le protéger.

Ce jour-là, je ne vous cacherai pas qu'on s'y est résoue sans une certaine nostalgie mais il a désormais une belle chambre de grand.

J'avais fait, au préalable, de multiples recherches sur le net pour trouver le lit le plus adapté à son âge. Mais devant le prix exorbitant de certains lits évolutifs, je me suis finalement rabattue sur un lit aux dimensions standards. Je souhaitais qu'il ne fasse pas trop bébé enfant afin qu'il puisse le conserver un bon nombres d'années. Ce changement a entrainé un peu de bricolage pour le papa et une petite grosse larme à l'oeil pour la maman (vive les hormones de grossesse). J'ai vu alors mon bébé de 28 mois à peine, devenir grand tout d'un coup. Je vous l'accorde, je savais d'avance qu'il n'en avait pas pris pour perpette mais quand même, il était bien dans son petit lit, mon tout petit bébé.

Cette affaire m'a tellement onhibulé ce jour-là que j'en ai même oublié mon rendez-vous chez l'esthéticienne.

Pendant sa "détention", nous n'avons noté aucunes tentatives d'évasions. Monsieur attendait sagement dans son lit jusqu'à la libération du matin.

Mais un petit frère allait arriver quelques mois plus tard et nous devions sauter le pas. Nous avons donc décidé d'anticiper sa "libération" pour bonne conduite.

Je ne vous cacherez pas que les premières nuits ont été assez mouvementées aussi bien pour lui que pour moi.

Je me suis pas mal posé la question, notamment sur l'utilité d'une barrière de sécurité. On a voulu tester sans en se disant qu'on aviserait au fil des jours si besoin. Biensûr, on a assuré ces arrières en disposant un autre matelas aux pieds du lit pour les éventuelles chutes. Mais même la présence du matelas ne m'a pas rassuré pour autant. J'ai multiplié les allers et venues dans sa chambre pour m'assurer que tout se passait bien.

Au final le matelas s'est avéré être un choix payant. Les premières nuits il a amorti deux petites chutes sans gravité mais elles furent les seules en 1 an.

Nous avons eu droit à quelques positions incongrues, à de multiples séances de "rebordages" mais la transition s'est faite en douceur. Le passage au grand lit a permis de mettre en place le rituel de l'histoire du soir. Une bonne manière d'aborder cette nouvelle étape.

Avec le recul, je me dit que nous avons été chanceux, les couchers n'ont jamais été trop laborieux. Même si les occasions pour ne pas dormir de suite furent nombreuses, il est toujours resté dans son lit et n'en descendait qu'avec notre autorisation. C'est seulement depuis quelques semaines qu'il prend l'initiative d'en descendre. Les envies pipi de la nuit et maman qui traine la patte au réveil sont une bonne excuse et puis moi ça me plaît de le voir débarquer dans notre chambre, chaussons aux pieds pour venir me réveiller.

Quand on a fait sauter les barreaux ( ou le passage au lit de grand )Quand on a fait sauter les barreaux ( ou le passage au lit de grand )

Commenter cet article