Quand on ne sait pas a quel "saint" se vouer

Publié le par Mayan

A priori un midi comme un autre.

Tous les jours, je récupère mon grand à l'école.

Mais pour la toute première fois, une chose me saute directement aux yeux.

Mon fils n'est plus du tout habillé comme il l'était le matin même quand je l'ai déposé.

La maîtresse m'informe directement qu'il y a eu un petit accident à la récréation et qu'il n'a pas pu se retenir.

Soit, mon fils est propre en journée depuis presque un an mais on est jamais à l'abris d'un accident.

Je laisse donc couler.

Jusqu'à ce qu'elle rajoute enfin, qu'il lui aurait dit que ce serait un petit garçon qui lui aurait fait pipi dessus.

Cette phrase, tout d'abord me surprend. Mais à presque 4 ans, je sais que mon fils a une imagination débordante. Ce n'est pas un menteur d'ailleurs, je ne suis pas sûre qu'à son âge il sache ce qu'est réellement un mensonge.

Dans le doute, j'opte également pour la théorie de la maîtresse.

Cependant, dans la voiture, mon coeur de maman a parlé.

Je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander à nouveau ce qu'il s'était passé. Les accidents arrivent et il n'a pas à avoir honte ce n'est pas grave.

Et à ma grande surprise, il me redit que c'était un petit garçon qui lui a fait ça.

Nous rentrons, j'en parle au papa et tout naturellement je vais mettre ses vêtements "sales" à laver.

A priori l'histoire s'arrêterait là, quand je me rend compte soudain que ses sous vêtements ne sont pas du tout mouillés.

Certes son pantalon l'est mais seulement en extérieur, la doublure est sèche.

Je sais que les maîtresses et les ATSEM ne peuvent pas tout voir pendant la récréation, je ne les incrimines nullement. Mais la personne qui l'a changé n'a-t-elle pas remarqué que son caleçon n'était pas mouillé.

Le lendemain j'en ai donc parlé à la maîtresse car je ne savais vraiment pas quoi en penser.

L'ATSEM maintient qu'il était trempé mais deux heures plus tard c'est un caleçon sec que je retrouve en boule dans un sac.

Je ne cherche pas à savoir qui a tord ou a raison car dans l'absolu ce n'est pas grave.

Mais cette histoire me fait penser à une histoire personnelle. Moi même plus petite j'avais rapporté un fait (sans gravité) d'une chose qui c'était passé en classe et la maîtresse avait nié en bloc et mes parents m'avaient donc demandé de m'excuser.

Or des années après, je reste persuadée de ne pas avoir inventé ce fait.

Je n'ai absolument pas envie de faire vivre ce sentiment d'injustice à mes enfants mais en même temps je ne veux pas prendre pour argent comptant tout ce qu'ils pourront me raconter.

Alors dans des cas comme ça qui croire ?

Quand on ne sait pas a quel "saint" se vouer
Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

cli 02/06/2014 21:53

C'est étrange en effet....un caleçon mouillé roulé en boule dans un sac ne sèche pas...mais en même temps pourquoi l'atsem mentirait-elle? Je comprends le doute que tu as ressenti. Le principal est que cela reste un fait isolé et que ton petit loup n'en soit pas marqué.

Confidences de maman 02/06/2014 13:43

Mon dieu quelle histoire, c'est dingue !!! J'espère que cela ne se reproduira pas ...

Mayan 02/06/2014 14:52

j'espère aussi.

Mère Débordée 02/06/2014 11:05

J'ai un principe : ce qui est arrivé à l'école reste à l'école.
Quand on me rapporte quelque chose, je demande ce qu'il s'est passé, éventuellement je dis que je suis déçue ou fier du comportement.
Mais quand c'est quelque chose comme ça où j'ai un doute, je laisse le bénéfice du doute.
Je redis simplement à mes enfants qu'ils peuvent tout me dire, que je serais toujours là pour eux, même s'ils ont peur ou honte.
Et je débriefe la maitresse en lui faisant part de mon doute et en lui demandant de ne plus en parler.

Mayan 02/06/2014 14:54

Voilà c'est ce que j'ai fait en demandant à mon fils et le lendemain j'ai parlé de mes doutes à la maîtresse depuis le sujet est clos. Mais c'est vrai que là le cas n'était vraiment pas grave et c'est le 1er cas auquel j'ai été confronté