La péridurale, toute une histoire

Publié le par Mayan

La péridurale, toute une histoire

Quand on est une future maman, on redoute toutes plus ou moins le moment de l'accouchement. Vers la fin, on se pose la question de la fameuse péridurale.

A partir du huitième mois, on peut choisir de rencontrer un anesthésiste. Il nous posera des questions. On remplira un questionnaire pour savoir si il n'y a pas de contre-indications mais au final cela ne restera que très abstrait. D'autant plus que cet entretien est très souvent très expéditif.

Je ne suis au départ ni pour ni contre la péridurale. Pour mon premier, je n'ai pas pu en bénéficier car je n'avais pas eu l'entretien préalable et que le travail est allé très vite. J'en ai gardé un très bon souvenir, la douleur était pour moi tout à fait gérable. Le lendemain, je ne me sentais pas fatiguée, pas vaseuse comme un lendemain de boîte, donc pour moi, c'était très positif. C'est tout naturellement que quand je me suis retrouvée enceinte du second, j'étais partante pour renouveler l'expérience. Mais vu que je ne suis pas maso têtue du moins pas totalement, j'ai tout de même choisie de rencontrer l'anesthésiste pour voir les renseignements qu'il pouvait m'apporter. Le jour de l'accouchement, j'ai stipulé aux sages-femmes, dès mon arrivée que si je pouvais m'en passer, je préfèrerais. Elles ont respecté mon choix. Je suis arrivée à gérer les contractions pendant quelques heures, la sage-femme qui s'occupait de moi me disait que je l'épatais que je m'en sortais très bien. J'avoue, j'étais assez contente, d'être actrice à part entière de la situation. Enfin jusqu'à un certain point. A un moment donné, la douleur est devenue tellement atroce que je me tétanisais à chacune des contractions. J'ai donc choisi d'y avoir recours. J'étais, à ce moment-là, à 6/7 de dilatation. Sur conseils de mon ami et de la sage-femme, j'ai craqué. La venue de l'anesthésiste a été pour moi une véritable libération. La pose de la péridurale n'a pas été douloureuse. Elle fût parfaitement dosée, je ressentais enfin les sensations sans avoir à subir ce travail qui devenait pénible. J'ai pu enfin reprendre les "rennes" de mon accouchement. Le seul petit point négatif si l'on peut dire que cela en soit un, c'est la fatigue que j'ai pu ressentir à la suite de çà.

Tout ce récit pour vous dire que Mesdames, qu'il n'y a pas à culpabiliser si vous la prenez, ni à se dévaloriser face à celles qui ont fait sans. On est toute plus ou moins sensible à la douleur. D'ailleurs, ces douleurs peuvent être totalement différentes d'un accouchement à un autre ( j'en suis la preuve ). Une chose qui m'a énervé au plus au point ce sont les réflexions de certaines. M'entendre dire sans cesse que je n'avais aucun mérite d'avoir fait sans, lors de mon premier accouchement car le bébé était tout petit me fait à chaque fois sortir de mes gongs. Que je sache, le choix de la péridurale se fait pendant le travail. La taille du bébé n'influence en rien la douleur des contractions. On a toutes du mérite en accouchant. Que notre accouchement soit rapide, long, avec ou sans péridurale.

La péridurale, toute une histoire

Source des images : grumeautique.blogspot.fr

Publié dans Grossesse

Commenter cet article

Sunny 06/10/2013 16:58

Je n'ai pas eu le choix vu que j'ai subi une césarienne mais je le trouve bien tourné. Il y a toujours comparaison dans les accouchements. Dans mon cas j'entends que j'ai eu de la chance de ne pas souffrir les douleurs de l'enfantement. On en parle de cette impression d'avoir loupé quelque chose et des douleurs de cicatrisation?

Mayan 07/10/2013 20:59

Effectivement je pense que dans ton cas le psychologique doit y jouer beaucoup et une césarienne n'est pas anodine au final. Laisse les gens parler, au final qu'on ai accouché par voie basse ou par césarienne on est maman et c'est ce qui compte.

OphélieZ 01/10/2013 10:29

Tout à fait d'accord avec ce billet ! Pas de péridurale pour BB1 mais peut-être que pour BB2, je la demanderai. Ce faux débat du "pour" ou "contre" est fatiguant. J'espère vraiment qu'un jour les mamans seront libres de choisir sans avoir à supporter, dans un sens comme dans l'autre, toutes ces remarques malveillantes. Et idem pour l'allaitement d'ailleurs...

cli 22/09/2013 22:40

Je suis contente de vois un avis ouvert, pas tranché sur le pour ou le contre, pas à donner tout un tas d'arguments qui vont dans un sens seulement en oubliant tout le reste.
C'est un très bel article, qui permettra à beaucoup de déculpabiliser! Cela vient de me faire un bien fou de te lire, merci!

La maman chat 14/09/2013 08:55

Pour une fois que je ne lis pas un billet militant sur le sujet... (Dans un sens comme dans l'autre). Je ne suis ni pour ni contre. Je pense qu'il faut respecter léchoix de chaque femme, comme le tien. Après je crois à l'aspeçt psychologique. La premiere fois tu savais que c'etait impossible, alors ton corp s'est mis en conditions pour supporter la douleur. La deuxième fois, tu avais l'option, du coup ton corps s'est plus relaché. Dans tous les cas, aretons de juger !

Crevette d'ODouce 13/09/2013 10:26

L'éternelle question. Ici péri pour Grande Crevette (3,8kg) et sans péri pour Petite Crevette (4.040kg). C'était un souhait pour la deuxième qui a été respecté, même si à un moment j'ai dit "JE VEUX LA PERI !" Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais l'anesthésiste n'a pas montré le bout de son nez (je soupçonne la SF de ne pas l'avoir appelé en fait, ahah la coquine), et au final même si cela a été dur, j'étais beaucoup plus "Fraîche" après le second accouchement sans péri. Mais je n'ai aucun regret de l'avoir eu pour le premier.