Une discussion, un sourire ...

Publié le

Une discussion, un sourire ...

C'est fou comme on peut faire abstraction de certaines choses en temps normal mais bizarrement une fois que ça nous touche même indirectement on y prête plus d'attention. J'ai remarqué cela quand j'étais enceinte de mon premier garçon. Professionnellement, j'évoluais dans un secteur où les femmes sont majoritaires mais dans un service où personne n'avait d'enfants. Nous étions tous dans la même catégorie d'âge à plus ou moins cinq ans près, mais j'étais la première à me lancer dans l'aventure. Alors que cela faisait plusieurs années que j'étais dans cette boîte c'est seulement pendant ma grossesse lors d'une pause déjeuner que j'ai remarqué que les conversations, des femmes étant déjà maman , étaient principalement axés sur leurs chères têtes blondes mais pas seulement pour certaines quand on poussait la porte de leur bureau on pouvait apercevoir leurs photos, leurs dessins, d'ailleurs avec mes collègues on se demandait bien à quoi ça pouvait servir d'avoir tout ça avec soi sur leur bureau. Avaient-elles peur de les oublier pendant leur journée de travail ? Au début je me moquais, gentillement bien sûr, je me revois même dire à mes collègues " j'espère que vous me le direz si je deviens comme ça" ma grossesse passa, je reviens donc quelques mois après, au boulot rien n'avait changé si ce n'est que j'étais maman et que les autres toujours pas, naturellement mes collègues féminines me demandaient régulièrement des nouvelles du petit, voulaient régulièrement le voir, et je voyais certains de mes collègues masculins sourirent à plusieurs occasions, je me demandais souvent pourquoi, ce fut quelques temps après, qu'un jour en salle de pause j'ai compris. Mon principal sujet de conversation avait changé, mon nouveau centre d'intérêt était mon fils, et donc je parlais tout naturellement de lui comme on pouvait auparavant parler de fringues, de sorties, de voyages, etc. alors j'ai moi même sourit certains on vite fait le rapprochement. J'étais devenue comme ces maman qui ne parlaient quasiment que de leurs enfants, les dessins et les photos en moins ... du moins elles n'étaient pas visibles (c'est fou tout ce qu'on peut mettre dans un téléphone aujourd'hui ) alors non je n'avais pas peur de l'oublier, de ne pas le reconnaître quand je le récupérer le soir mais j'avais besoin de ces petites choses. Et là, je me suis dit qu'en fait quand on ne connait pas, on juge bien souvent trop vite, mes collègues s'en rendront compte au fur et à mesure qu'ils prendront la décision de fonder leur famille, parce quand on se lance c'est qu'on le désire et par la suite, on ne peut plus faire abstraction de ce petit être qui est en quelque sorte une partie de nous.

Publié dans Ma vie de Parents

Commenter cet article